PARIS-BREST DE MERCOTTE insert chocolat (recette)

20140313-224405.jpg

Pour un Paris-Brest à 8 choux.

Le craquelin :

40g de beurre doux
50g de cassonade
50g de farine
1 pincée de fleur de sel.

Dans le bol du robot et avec le fouet plat ou à défaut dans un saladier, mélanger la farine, la cassonade et la fleur de sel, ajouter le beurre pommade* et pétrir quelques minutes à vitesse moyenne pour obtenir une pâte homogène. Étaler la pâte sur 3/4 mm d’épaisseur entre 2 feuilles guitare* et découper 8 disques de 3 ou 4 cm de diamètre selon le diamètre de vos choux. Réserver au réfrigérateur*.

La pâte à choux :
125g d’eau*
2g de sel
2g de sucre semoule
60g de beurre
80 g de farine T45
125g d’œufs entiers*
Sucre glace pour la finition.

Chauffer le four à 180° .
Porter à ébullition l’eau, le sel, le sucre et le beurre.
Hors du feu ajouter en une seule fois la farine tamisée.
Remettre sur le feu et dessécher à feu doux et à la spatule 2 min jusqu’à ce qu’une fine pellicule se forme au fond de la casserole.
Mettre le pâton dans le robot muni du fouet plat, faire tourner un peu pour le refroidir avant d’incorporer les œufs légèrement battus petit à petit à vitesse moyenne, attendre que la pâte soit bien homogène avant chaque ajout.
Arrêter de mélanger quand elle a un aspect satiné.
Le sillon d’une ligne tracée avec le doigt dans la pâte doit se refermer. Dresser en couronne 8 choux de 4 cm de diamètre* sur la plaque recouverte de papier cuisson.
Poser les disques de craquelin dessus.
Faire cuire 35 min/40 min sans ouvrir le four.
Laisser refroidir à température ambiante.

La crème mousseline au praliné :

1/4 l de lait frais entier micro filtré*
½ gousse de vanille fendue en deux
50g de sucre semoule
2 jaunes d’œufs
10g de farine T45*
10g de maïzena
150g de beurre
75g de praliné*.

Tamiser la farine et la maïzena.
Dans un cul de poule, mélanger le sucre et les jaunes puis les farines.
Faire bouillir le lait avec les graines de la gousses de vanille, en mélanger la moitié avec le contenu du cul de poule, puis reversez le tout dans la casserole.
Faire épaissir sur le feu une minute environ sans cesser de remuer. Débarrasser sur une plaque*. Filmer au contact* et laissez refroidir à température ambiante.
Dans le bol du robot crémer au fouet le beurre pommade, ajouter le praliné puis incorporer petit à petit la crème pâtissière lissée et laisser monter.

L’insert praliné option 1* : 100g de praliné.

Couler le praliné dans des empreintes demi-sphères de 3 cm* de diamètre et congeler.

Option 2* : 100g de praliné, 35g de crème fleurette entière.

Émulsionner à froid* en versant en 3 fois la crème sur le praliné. Mettre dans une poche à douille* et réserver au réfrigérateur.

Le dressage :
découper la couronne dans l’épaisseur.
Pocher* un peu de crème au praliné sur la base de chacune des 8 cavités, poser dessus une demi sphère de praliné congelé si option 1, pocher dessus une noix de praliné si option 2 comme sur le photo ci dessous puis terminer avec une couche de crème au praliné.
Recouvrir avec le chapeau de la couronne et poudrer de sucre glace.

Légende :
la cuisson de la pâte four statique, le découpage de la couronne, première couche de crème pralinée, insertion de l’insert praliné ici option 2, un autre couche de crème on referme la couronne et on poudre de sucre glace.

S’organiser ou dans quel ordre réaliser la recette :

Là encore plusieurs possibilités s’offrent à vous. Soit vous réalisez toute la recette le même jour un peu dans la situation des candidats, soit et c’est ma solution vous anticipez et pâtissez sans précipitation ce qui est un gage de réussite.

Pour la recette en continu : 1/ l’insert version 1,
2/ le craquelin: le pré découper et le mettre au congélateur,
3/ la pâte à choux,
4/ pendant la cuisson et le refroidissement de la pâte la crème mousseline ou le crémeux.
Si vous choisissez l’insert version 2 vous pouvez le préparer en même temps que la crème pas d’urgence car pas de congélation.

pour la version « Je prends mon temps , je suis zen » :

J-3 voire même plus :
réalisation de la pâte à choux, pochée directement dans les empreinte demi-sphères 40/50 mm et congelée. Je vous conseille vivement le kit choux du meilleur pâtissier où vous avez 3 dimensions d’empreintes, à mon avis les plus grandes vous serviront plus pour faire des coques de meringue, de chocolat ou des desserts en dôme avec insert, elles sont un peu grandes pour les choux et religieuses sauf si vous être très très gourmand.

J-2 ou bien plus si affinités :
préparer le craquelin, l’étaler entre 2 feuilles guitare, pré découper les disques de 3/4 cm, congeler. Quand la pâte est prise et pour gagner de la place mettre les disques de craquelin dans un petite boîte plastique. Vous en aurez suffisamment pour plusieurs fournées.

J-1 : congeler l’insert si vous avez choisi la version 1.

Jour J, la dégustation :
démouler la pâte à choux et poser les choux côte à côte serrés sur la plaque de cuisson recouverte d’un papier siliconé. Penser à dessiner un gabarit pour le placement des choux sur le papier cuisson et le retourner avant de poser les choux dessus. Les laisser revenir à température puis cuire la couronne à chaleur statique. Préparer la crème choisie, mousseline ou crémeux et éventuellement l’émulsion praliné. Quand la couronne est cuite et refroidie, procéder au montage.

Le craquelin :
on peut très bien préparer la pâte et la laisser reposer au réfrigérateur pour la faire durcir, je préfère l’entreposer au congélateur même pour une utilisation le jour même car les disques, si vous avez pris la précaution de les pré découper à l’emporte pièce de la taille désirée, seront plus faciles à récupérer. Ne faites pas le craquelin trop fin.

Le beurre pommade :
beurre bien mou mais pas fondu qui doit avoir la consistance d’une pommade.

Les feuilles guitare :
très pratiques pour étaler toutes sortes de pâtes, elle sont réutilisables. Tout savoir sur leur utilisation -clic- et où en acheter si vous n’avez pas de grossiste pour pâtissiers dans votre région -clic-.

La pâte à choux :
vous allez sûrement remarquer que je n’ai mis que de l’eau dans la pâte. Bien sûr on peut mettre moitié eau moitié lait, à chacun ses préférences. Les choux préparés uniquement à l’eau restent plus secs et se conservent mieux. Avec le mélange lait et eau, il peut arriver qu’ils dégonflent à la cuisson et ils ont parfois tendance à ramollir. En fait je trouve que si l’on veut obtenir un développement régulier et un gros vide il est préférable de faire la pâte à base d’eau, on limite les risques.
Il est important, après avoir incorporé la farine en une seule fois et hors du feu, de bien dessécher le mélange remis sur le feu pour avoir des choux légers et gonflés. Attention, si on dessèche trop la pâte, les choux risquent d’éclater à la cuisson. L’astuce consiste à casser et mélanger les œufs avant de les incorporer progressivement. Il ne sera peut-être pas nécessaire de tous les utiliser.

La cuisson :
attention la pâte n’attend pas, elle se dresse encore tiède. Il est souvent préférable de cuire les choux en convection naturelle et pas chaleur tournante, 35 min dans un four préchauffé à 180° sans ouvrir le four. On peut les laisser si nécessaire 5min de plus four éteint. Comme toujours, temps et température de cuisson sont donnés à titre indicatif et donc à adapter en fonction de votre four. Il existe bien sûr plusieurs autres méthodes de cuisson. On peut chauffer fortement le four à 230°, enfourner four éteint et quand le pâte commence à bien se développer rallumer à nouveau le four à 170/175°. À vous de choisir la cuisson qui vous convient le mieux.

Les oeufs entiers :
il est important de peser vos oeufs, sans la coquille bien sûr. Idéalement le poids des oeufs doit être égal au poids de liquide.

Le diamètre des choux :
si vous les faites cuire de suite, dessinez un gabarit sur la feuille de cuisson, retournez-la et dressez les choux de 4 cm de diamètre côte à côte en couronne. Si vous choisissez la solution anticipation et que vous dressez votre pâte encore tiède dans les empreintes en silicone à congeler, adaptez-vous à la taille de vos empreintes.

Le craquelin :
poser les disques bien froids sur les choux avant d’enfourner, le craquelin a aussi l’avantage de permettre un développement régulier.

Le lait micro filtré :
on le trouve très facilement en grande surface. Il est très goûteux et parfait pour la pâtisserie. En savoir un peu plus sur le procédé et sur ce lait c’est ici-clic-.

La farine T45 :
c’est la farine que l’on trouve le plus facilement en grande surface. En général le type est inscrit en petit soit sur le côté soit en dessous du paquet. En savoir un peu plus sur les farines c’est ici-clic-.

Le praliné :
si vous avez du temps ou si vous êtes courageux vous pouvez le faire vous même -clic-. J’utilise le Valrhona, minimum 50% de fruits mais le 70% est top aussi et moins sucré. A vous de voir -clic-.

Débarrasser sur plaque :
une fois votre crème pâtissière terminée elle refroidira beaucoup plus vite si vous l’étalez sur une plaque plutôt que de la laisser dans la casserole ou de la débarrasser dans un cul de poule.

Filmer au contact :
poser un film alimentaire directement sur la crème ou la préparation de manière à empêcher le contact avec l’air et à la rendre hermétique. Cela évite la condensation et la formation d’une pellicule en surface.

La gélatine :
du bon usage de la gélatine, avantages et inconvénients de l’agar agar, tout se trouve ici -clic-.

Les empreintes demi-sphères :
comme indiqué soit vous utilisez celles du kit -clic- soit vous en avez déjà, la première taille disponible classiquement c’est 3cm. Pour l’insert version 1, il existe aussi si vous êtes moins gourmands des minis demi sphères, comme pour les pâtes de fruits par exemple -clic-.

Émulsionner à froid :
technique très intéressante qui donne un insert très souple qui n’a pas besoin de passer par la case demi-sphères et congélation. Comme pour une ganache on émulsionne -clic- en 3 fois mais à froid la crème avec le praliné, on met en poche et on dresse sur la crème praliné. C’est la technique que j’avais proposée aux candidats, après chacun a fait comme il voulait, l’important étant le résultat. À la dégustation on ne voit pas leur manière de procéder en amont.

Poche à douille :
pas besoin de douille pour le praliné dans ce cas précis. Bien sûr il est toujours préférable d’utiliser des poches jetables, mes préférées sont celles-ci -clic-, mais vous pouvez vous dépanner avec des sacs congélation.

Pocher : dresser à l’aide d’une poche.
http://recettes.de/cuisine
http://recettes.de/gateau

Recettes de cuisine


mytaste.fr<

Publicités
Cet article, publié dans Recette, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s